Karim Feddal (Acet’One)

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

En 1988, Karim Feddal, membre du Crew de tagger D.C.J devient Acet’One. Depuis il anime des ateliers d’écriture Slam à travers le Nord-Pas-de Calais. Il intervient régulièrement dans des résidences pour personnes âgées, des écoles primaires, collèges, lycées, dans des maisons de quartiers, des MJC, des CAJ, CEF et en maison d’arrêt de la région.

Pionnier du Rap Roubaisien, il multiplie les participations à des projets d’envergures comme les premières parties de groupe tel que IAM, NTM, Ménélik. En 1994 il participe au projet de l’association Tekné où il rappe et déclame les vers de Jean Racine dans « Hip hop Phèdre ». S’en suit de longues collaborations avec notamment le pianiste Pierre Nguyen, le chorégraphe Farid Berki et la slameuse Martine Salmon avec qui il créé en 2008 « Slam en Ciel » soutenu par la Générale d’Imaginaire.

En 2011, il créé « Insurrection Poétik » avec Martine Salmon et DJ Tasmy. En 2012, il entame la création du concert/spectacle « Eden Limit ». Il participe au court de la même année à la mise en scène de « Corps des Mots Émaillés », spectacle de Martine Salmon. En 2013 il est l’invité et la tête d’affiche du festival «  Ndjam s’enflamme en slam » à Ndjaména au Tchad. En 2013 il en est résidence au Nautylis pour une création du groupe de Rap « Ghost Dogsz » avec le rappeur Katha et les musiciens Jean-Pierre Fourment (contrebasse) et Pierre Nguyen (MPC et piano).

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Interventions artistiques

Les ateliers de Karim Feddal

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Les ateliers sont principalement fondés sur l’oralité et sur le dépassement de soi par l’engagement du corps et de la voix. Son but est de casser les barrières qui limitent l’expression de chacun-e en proposant de petits jeux d’improvisation textuelle et vocale, afin de mettre les participant-e-s en confiance. Il cherche également à les amener vers d’autres types de langages que ceux qu’ils connaissent, par exemple, en leur proposant de se réapproprier des extraits de divers textes poétiques d’hier et d’aujourd’hui.

Pour Karim Feddal, l’écriture, discipline intimidante pour la plupart des gens, doit être amenée de manière progressive afin d’être désacralisée et d’ainsi permettre à chaque participant-e de l’apprivoiser doucement, sans rien imposer, toujours en proposant des exercices ludiques adaptés à chaque public et en étant conscient des spécificités des participant-e-s (âge, niveau scolaire, caractère, envies…). Chacun-e apprendra à maîtriser et à aimer sa voix. Il s’agit de pallier la peur de « mal dire » et de faire en sorte que les participant-e-s à ses ateliers ne soient plus effrayés par le public.

Il s’agit de « dompter » ses émotions pour mieux les faire ressortir, de mettre l’imaginaire en avant en faisant abstraction de ses références dans le but d’en découvrir d’autres, vers lesquelles on ne serait pas forcément allé habituellement. La mémorisation de petites phrases piochées ici et là permet de surmonter les difficultés de lecture ou d’écriture auxquelles certain-e-s participant-e-s peuvent être confronté-e-s. Cette mémorisation permet d’être davantage concentré sur les déplacements du corps et sur l’intonation.Derrière le mot « slam » se cachent finalement beaucoup de pratiques différentes (improvisation, écriture, jeu, souffle, rythme, musicalité…), qu’il tente d’aborder dans leur totalité, toujours dans l’optique de fournir aux participant-e-s un panel d’expression le plus large possible.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Vidéos

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Performance de Karim Feddal au Botanique à Bruxelles le 8 mars 2015

KarimFeddal-performanceslam


Les projets de Karim Feddal (Acet’One)

Cet artiste n'a pas encore de projets.


Afficher l'image de fond