Ce premier Goûter l’Avenir a pris forme à Hénin-Beaumont suite au projet « Récits de recettes – le Goût des autres » : Après avoir mené plusieurs actions ponctuelles de diffusion artistique et d’action culturelle en partenariat avec l’Escapade dans différents lieux d’Hénin-Beaumont, nous avions ressenti la nécessité d’intervenir sur ce territoire, mais aussi la difficulté que rencontraient les gens à s’exprimer sur le futur de leur ville, et plus globalement sur l’avenir du territoire, comme si un passé idéalisé ne laissait que peu de place à la construction d’un futur rassurant. Nous avions eu envie de partir des préoccupations et des pratiques des gens pour identifier une pratique commune à plusieurs personnes, sans distinction de genre, d’âge ou d’origine sociale ou culturelle. Ayant remarqué que plusieurs ateliers de cuisine se déroulaient dans la ville et touchaient des personnes très différentes (maisons de quartiers, lycée hôtelier, épicerie solidaire, lieu de spectacles), la pratique de la cuisine nous est alors apparue comme un médium fédérateur. L’idée était alors de faire se rencontrer des personnes d’origines différentes afin qu’elles imaginent, réfléchissent et travaillent ensemble pour créer un plat qui symbolise la ville, une spécialité culinaire locale qui pourrait contribuer à changer l’image que les gens ont de leur ville et l’image que les gens de l’extérieur ont de cette ville.

 

Goûter l’Avenir, c’est l’idée était alors de faire se rencontrer des personnes d’origines différentes, afin qu’elles imaginent, réfléchissent et travaillent manuellement ensemble autour de la cuisine, médium fédérateur afin de valoriser la créativité et les savoir-faire de chacun. La proposition était de créer une spécialité culinaire d’Hénin Beaumont, un plat de résistance qui symbolise la ville, une spécialité culinaire locale qui pourrait contribuer à changer l’image que les gens ont de leur ville et l’image que les gens de l’extérieur ont de cette ville. Pour ce faire plusieurs phases ont été nécessaires : ateliers de cuisine, création d’un récit de recette pour chaque recette (le récit de recette est un « atelier d’écriture » autour du thème de la symbolique du choix des ingrédients de la recette), préparation de la « performance culinaire » pour la restitution du projet (répétitions des textes qui seront portés sur scène par les participants, ajustement des recettes qui seront servies au public…)… Les moyens d’expressions choisis allèrent du patois à la chanson en passant par la chorale ou le dialogue ironique théâtral. Un vrai effort a été fait par tous pour soigner les récits de recettes, tant à l’écrit qu’à l’oral. Nous avons organisé une soirée repas-spectacle à la salle des fêtes le 04 mars 2011 pour la restitution de ce projet au cours de laquelle un jury a été désigné au hasard dans le public pour déguster et élire la recette la plus représentative d’Hénin Beaumont. Chaque groupe a préparé sa recette avant de la servir à ce jury et a présenté sur scène les textes issus des ateliers d’écriture dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Nous avions alors accueilli environ 300 personnes pour cette soirée.

L’enthousiasme et l’intérêt suscités auprès des habitants fit de ce projet une réussite, toutefois, nous avions été frustrés des limites rencontrées, que ce soit au niveau de la création artistique comme au niveau de la réflexion sur le futur. Après une année passée à découvrir la ville et ses habitants avec Récits de recettes, nous avons pu nous appuyer sur une bonne connaissance du terrain et des hénino-beaumontois pour concourir à la réalisation de Goûter l’avenir.  Avec ce projet, les moyens étaient plus en adéquation avec nos ambitions afin de mener une réflexion sur l’avenir au niveau communal.

Le projet a été pensé en quatre étapes. D’octobre à décembre 2011, une concertation générale pour faire ressembler le plus possible le projet aux aspirations des différents acteurs. Ensuite, de janvier à mars 2012, une réflexion bâtie sur le terrain avec les habitants. Puis, en avril-mai 2012, les formalisations techniques ou artistiques de ces réflexions d’avenir. Enfin, un temps fort vecteur d’ouvertures et de perspectives, le Goûter d’Avenir, le 2 juin 2012. L’idée originelle de Goûter l’avenir est de proposer une réflexion sur le futur du territoire en faisant se rencontrer les habitants de la ville. La rencontre passe donc par des travaux inter-quartiers, inter-générations et inter-classes sociales. Pour cela nous avons multiplié les initiatives visant à décloisonner les quartiers et leurs habitants. Ces initiatives se sont toujours inscrites dans un cadre de projet au sein de chaque structure qui nous a accueillis.

Très concrètement, il a fallu mener une longue phase de réflexion sur l’avenir à différentes échelles. Cette réflexion avait pour but de définir une notion-clé autour de laquelle s’articule le récit de futur créé au sein de chaque structure participante. Ensuite, une phase de formalisation technique, artistique ou philosophique, de la réflexion autour de l’avenir (ateliers de vidéo, photo, écriture, chorale, réflexion…). Enfin, un symbolisme culinaire est développé comme moyen d’expression des idées d’avenir au travers de la création d’une recette de dessert avec le concours d’un cuisinier professionnel.

Ces différentes phases ont abouti à un temps de restitution du projet, sans le clôturer, le 02 juin 2012 sur la place de la République. Cette journée avait notamment pour objectif de faire déguster les recettes crées lors du projet et cuisinées avec l’aide des habitants et restituer les ateliers qui se sont déroulés tout au long du projet tout en se réappropriant l’espace public collectivement par une occupation joyeuse de la place de la République. Pour cela nous avons mis en place un dispositif large avec différentes activités répondant aux objectifs que nous nous étions fixés. Nous avons compté entre 400 et 500 personnes présentes lors du Goûter d’avenir.

  

IMG_1245

Plus d’informations sur Goûter l’Avenir

Afficher l'image de fond