Lexie T

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

La légende raconte que Lexie T babillait déjà en rythme dès sa naissance, stupéfiant son entourage de par sa prestance précoce. Aujourd’hui, droite dans ses bottes, elle assume son titre de double-championne de France de beatbox depuis 2014.

Ouverte à tous les styles, avide de découvertes sonores et musicales, elle commence par la batterie, base rythmique de toutes les musiques actuelles. Basse et guitare s’ajoutent naturellement à cette pratique musicale sans cesse renouvelée. Puis, elle rencontre la belle et grande famille du beatbox à l’occasion d’un stage d’initiation en 2011. Le début d’une histoire d’amour vouée à durer, puisqu’elle se découvre soudain un don et un intérêt grandissants pour cette cinquième discipline du mouvement hip-hop, souvent éclipsée par ses quatre grandes sœurs : le rap, le deejaying, le graff et la danse.

Ensuite, tout s’enchaîne très vite : les jams se multiplient et, séduite par l’esprit de partage et d’ouverture de la communauté des beatboxeurs, Lexie T s’investit à fond dans l’art de la boîte à rythme humaine, dépassant la simple imitation de la machine en lui donnant une dimension artistique incontestable. Depuis 2013, en solo ou en groupe, elle enchaîne les concerts et les performances : Spraxy Ladies, duo de beatbox féminin, Merta, groupe de rap acoustique, Les Fables de Jean de les Egouts, concert théâtralisé jeune public produit par la Générale d’Imaginaire, Hexpress, groupe vocal alliant chant, rap et beatbox ou encore Une cosmonaute est un souci dans notre galaxie, une pièce de théâtre jeune public de L’Embellie Compagnie.

Aujourd’hui, Lexie T se lance dans une nouvelle forme solo, accompagnée de sa fidèle pédale de boucles. Au-delà du beatbox, elle plonge de manière prometteuse dans l’écriture de textes syncopés et bourrés d’allitérations, traitant des déboires de sa génération. Elle rappe sur ses instrumentales organiques, qu’elle compose et décompose en live devant un public presque toujours séduit par son énergie et par l’amour de son art, qu’elle nous communique le plus naturellement du monde, avec un talent indéniable.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Interventions artistiques

Les ateliers de Lexie T

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Dans sa volonté de partager son expérience et sa technique, Lexie T anime également des ateliers d’initiation et de perfectionnement de sa pratique, développant des notions d’apprentissage pédagogique très efficaces, permettant aux débutant-e-s de produire rapidement des phrases rythmiques remarquables. Avec les participant-e-s, après avoir abordé l’histoire du beatbox et du hip-hop, elle va définir et présenter le human beatbox, en faisant la distinction entre un bruit et un son. Elle tente ainsi de dépasser la simple imitation humaine de la boîte à rythmes en apprenant un large panel de sons (batterie, scratch, instruments, sons de la vie quotidienne).

Grâce à des petits jeux rythmiques, elle fait en sorte que les participant-e-s apprennent le beatbox en s’amusant. Après un échauffement vocal et corporel et quelques exercices de chant, l’initiation se fait généralement à l’aide d’onomatopées percutantes et de petites phrases écrites collectivement que les participant-e-s peuvent suivre comme de véritables partitions de beatbox. Après avoir complexifié petit à petit les compositions (utilisation progressive de la polyrythmie, intégration de silences, changements de rythme, etc…), elle organise de petites battles afin de susciter l’envie et la motivation chez tou-te-s les participant-e-s et de ressentir les émotions d’une véritable confrontation amicale entre deux beatboxeur-euse-s.

Quelques exemples

Ateliers beatbox / rap et slam : Co-construit et co-animé avec Mwano, ce module d’atelier lie beatbox et rap/slam. Deux groupes pratiquent le rap ou le beatbox, en parallèle, et sont ensuite réunis afin de construire ensemble un véritable morceau où le texte et le beatbox s’unissent et se portent l’un l’autre.

Le beatbox en dessin : Co-construit et co-animé avec Olivine Véla, cet atelier a pour but de faire émerger une notation graphique des sons du beatbox représentative de son infinie diversité, tout en étant à la fois simple et universelle : partageable, transmissible et intuitive.
Les deux premiers ateliers « Le Beatbox en Dessin » se sont déroulés au Flow en juin 2015. En savoir plus…

 

 


Afficher l'image de fond