Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain

C’est le chemin d’une enfant que le lecteur/spectateur voit naître et grandir — mais grandir c’est se heurter au monde et devoir accepter les normes : « si on veut respirer auprès d’eux, il va falloir s’estropier ».

Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain pourrait bien être le parcours d’une émancipation à travers les âges et les usages. Une confrontation aux codes déterminés, inculqués pour le bien-être de chacun à l’école, dans la famille ou encore dans le monde du travail – « tout le monde est une femme ici, sauf les chefs » – et qui, selon Amandine Dhée, s’avèrent ressembler davantage à des promesses désespérées et mensongères plutôt qu’à un réel cheminement épanouissant.

« Je me termite du dedans — doucement. Et avec moi ces règles et ses frontières qui ne servent pas à être heureuse ».

Le spectateur suit à la fois le parcours de la narratrice dans une histoire qu’elle souhaite faire sienne et sa réflexion à propos d’une écriture naissante, qui s’affirmeront simultanément. L’enfant devient l’adulte que la narratrice a choisi d’être.
Souvent brefs, les tableaux s’enchaînent avec la force évocatrice d’un Haïku.
Quelques mots suffisent à Amandine Dhée pour installer le décor et la complexité des sentiments.
Une écriture miroir où, tout comme la narratrice, l’on se réfléchit, tableaux après tableaux.
Sa prose est celle du désaccord parfait, jouant de légères déroutes syntaxiques pour dire l’écart : « on chuchote de moi » — « ça me fulgure » — « chez nous, on aime les livres et on se méfie des institutions. C’est elle qui m’a appris. Ça me boussole pas si mal » — « c’est cette douleur qui m’acide le cœur ».
SaSo accompagne la trajectoire du récit d’un jeu minimaliste, tantôt à la guitare électrique ou à l’accordéon. S’inspirant parfois de ses morceaux personnels, elle joue avec les mots d’Amandine, et ses tableaux sonores résonnent en contrepoint ou en soutien, légers et cocasses, tendres et sensibles.



Les artistes participant à : Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain

Laisser un commentaire

Afficher l'image de fond